Serge Paugam
 

Thèses dirigées par Serge Paugam




Jean-Michel Charbonnel

Vers la convergence des modèles sociaux en Europe ? Eléments pour une analyse comparative de l'évolution des formes et des logiques des sociétés providentielles face aux mutations de l'emploi et à la résurgence de la pauvreté


Composition du jury :

François-Xavier MERRIEN, Professeur de sociologie à l’Université de Lausanne
Enzo MIGGIONE, Professeur de sociologie à l’Université de Milan-Bicocca
Bruno PALIER, Chargé de recherche au CEVIPOF
Serge PAUGAM, Directeur de recherche au CNRS
Dominique SCHNAPPER, Directrice d’Etudes à l’EHESS

Thèse soutenue à l'Institut d'Etudes Politiques de Paris


Date de soutenance : 21/06/2004


Résumé :

L’objet central de la présente recherche est une interrogation sur la pertinence de l’hypothèse de la convergence des différents modèles sociaux européens sous l’effet des processus d’intégration communautaire, de mondialisation des échanges et de globalisation financière. Le travail ne concerne pas l’ensemble des régulations sociales ni même tous les champs de la protection sociale mais les seuls volets de la lutte contre le chômage de longue durée et de la prévention ou de la réparation de la pauvreté disqualifiante. Cette interrogation s’appuie sur des analyses comparatives – diachroniques sur la longue durée et synchroniques pour les trente dernières années – de l’évolution des sociétés providentielles européennes, terme qui a été préféré à celui d’Etat-providence tout à la fois pour éviter d’adopter une vision trop réductrice des institutions de protection sociale ou de régulation du marché du travail et pour surmonter de délicats problèmes de traduction.

Les comparaisons portent sur quatre pays, le Danemark, le Royaume-Uni, la France et l’Italie, dans la mesure où chacun d’eux est représentatif de l’un des quatre types d’Etats-providence mis en évidence par Gøsta Esping-Andersen.

Les résultats de cette recherche ont montré que les normes juridiques communautaires qui s’imposent à tous modifient de façon  substantielle les conditions de production des politiques publiques en favorisant notamment les effets d’imitation et l’exercice d’influences réciproques dans la définition et la mise en œuvre des politiques sociales. L’émergence d’un système multi-niveaux de décision auquel elles conduisent et les effets de « spillover »  que cela induit affectent en profondeur les dynamiques du social. Néanmoins, les rapprochements des modèles sociaux proviendront sans doute plus de l’effet sur la dynamique des sociétés providentielles de stratégies de coopération coordonnés par des acteurs épars et multiples, puis de la capacité juridique de ces acteurs à contraindre les institutions nationales à respecter quelques principes communautaires, que d’une improbable politique sociale européenne de grande envergure. Parce que la protection sociale est avant tout un objet politique qui a beaucoup contribué à la légitimité de l’Etat, le thème de l’Europe sociale peut ainsi se révéler une utopie créatrice pour les institutions politiques de l’Union. Mais, en absence d’une véritable opinion publique européenne et compte tenu des différences, voire des divergences dans les attentes et les aspirations des citoyens de l’Union à l’égard des institutions et des politiques sociales, ce n’est sûrement pas dans l’immédiat un projet réellement crédible.



 Version imprimable | retour liste

© 2017 - Serge Paugam - Tous droits réservés - mentions légales