Serge Paugam
 

Séminaires de direction d'études (EHESS)


http://www.ehess.fr/fr/enseignement

Sociologie des inégalités et des ruptures sociales

Serge Paugam, directeur d'études

Compte-rendu 2007-2008 :

Théorie des liens sociaux


lire le programme | télécharger le compte-rendu | version imprimable
Dans le prolongement du séminaire des deux années précédentes qui a porté sur la fragilité et la rupture des liens sociaux, le séminaire a tenté cette année d’élaborer le cadre analytique et conceptuel d’une théorie des liens sociaux. En s’inscrivant à la fois dans la perspective durkheimienne de la solidarité organique et en poursuivant l’analyse simmelienne de l’entrecroisement des cercles sociaux, le constat a été fait qu’une configuration élargie de liens sociaux renforce l’autonomie de l’individu, mais s’accompagne aussi de fragilités spécifiques. Elle exige des individus forts, capables de trouver en eux-mêmes et dans leur entourage les ressources pour faire face aux épreuves de la vie. Elle peut avoir pour effet d’abandonner les individus les plus défavorisés, ceux précisément qui étaient préservés par les avantages du groupe restreint. Face au risque de perdre à la fois le respect et l’estime de soi dans une société ouverte et libérée, la tentation est grande pour certains de revenir à des modes plus communautaires d’organisation sociale et de se replier sur des formes identitaires traditionnelles. C’est la raison pour laquelle le parti pris a été de ne pas analyser le lien social sans référence à la pluralité des liens qui rattachent l’individu aux groupes et à la société dans son ensemble. Autrement dit, la transformation globale des sociétés se caractérise non seulement par une transformation du lien social, mais aussi par une redéfinition progressive du rapport entre les différents types de liens sociaux. Les travaux et les exposés ont été organisés autour de deux grands thèmes. Le premier a concerné ce que l’on pourrait appeler la constitution territoriale des liens sociaux. En partant du concept analytique de ghetto défini comme un espace ordonné et régulé pour un groupe social ethniquement subordonné ayant un rôle dans la ville, plusieurs séances du séminaire ont porté sur les relations sociales dans les cités socialement disqualifiées. Ces dernières se caractérisent à la fois par l’imposition d’une image négative qui stigmatise les habitants et rend peu propices des stratégies de solidarité fondée sur la similitude sociale. Il en résulte une tendance forte à la détresse psychologique, laquelle peut être mesurée de façon fine à partir de l’enquête SIRS « Santé, inégalités et ruptures sociales ». L’espace n’apparaît donc plus, sauf exceptions, comme le support des liens, mais, au contraire, comme la cause de faiblesse et même la rupture de ces derniers. Le phénomène des bandes peut être considéré comme une réponse des jeunes à ce déclin social qui prend souvent la forme d’une délégitimation familiale. Plusieurs intervenants ont fait avancé la réflexion dans ce sens : Loïc Wacquant, Sandro Cattacin, Marwan Mohammed, Catherine Sélimanovski, Mahnaz Shirali et Cyprien Avenel. Le second grand thème a porté sur les nouvelles formes de régulation du marché de l’emploi. Il s’agissait d’analyser le statut et les conditions de travail des salariés employés de façon temporaire, à temps partiel, ou dans des entreprises dont l’activité était définie par une forte flexibilité. Cette approche a permis d’approfondir la fragilité, mais aussi les formes de résistance du lien de participation organique. Elle a aussi été l’occasion d’interroger le rôle des politiques publiques face à cette précarité de l’emploi et du travail. Plusieurs intervenants ont permis d’approfondir cette question : Miguel Laparra, Sébastien Chauvin, Rémy Caveng, Nicolas Jounin, Damien Cartron, Nicolas Duvoux, Milena Chimienti. Notons enfin que plusieurs autres séances ont permis d’enrichir le séminaire en dehors de ces deux principaux thèmes. C’est le cas de Xavier Godinot qui a examiné le rapport entre la restauration des liens sociaux et l’accès à des droits fondamentaux, de Daniel Cefaï sur les liens sociaux sous l’angle de la mobilisation collective, de Fathia Zeghoudi sur le rôle de l’éducation morale dans le cadre de la gestion juridique des incivilités et, enfin, de Sophie-Hélène Trigeaux sur la relation entre mormonisme et communautarisme. Le thème de ce séminaire sera poursuivi en 2008-2009.



Publications :


Autres

Ouvrages :

-  Les formes élémentaires de la pauvreté, traduit en allemand : Hamburger Edition, 2008.

- Le lien social, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2008.

- La pratique de la sociologie, PUF, coll. « L », 2008.

Articles  :

- « ¿Bajo qué formas aparece hoy la pobreza en las sociedades europeas? », Revista Española del Tercer Sector, n°5, enero-abril 2007, p. 149-171.

- « La condition ouvrière : de l’intégration laborieuse à l’intégration disqualifiante », Cités, 35, 2008, p. 13-32.

- « Les formes de la pauvreté en Europe », Regards croisés sur l’économie, 4, septembre 2008, p. 8-18.

Chapitres :

- « Inwiefern lässt sich von einer sozialen Disqualifikation der Lohnabhängigen sprechen ? » in Pascale Gazareth, Anne Juhasz, Chantal Magin (Hg.), Nueue soziale Ungleichheit in der Arbeitswelt, Konstanz, UVK Verlagsgesellschaft mbH, 2007, p. 75-98.

- « Job Insecurity » (avec Ying Zhou), in Duncan Gallie (dir.), Employment Regimes and the Quality of Work, Oxford, Oxford University Press, 2007, p. 179-204.

- « Raymond Aron et la question sociale », in Serge Audier, Marc Olivier Baruch et Perrine Simon-Nahum, Raymond Aron, philosophe dans l’histoire, Paris, Editions de Fallois, 2008.

- « Durkheim et le lien social », introduction à la réédition de Emile Durkheim, De la division du travail social, Paris, PUF, « Quadrige/grands textes », 2007, p. 1-40.

- « Le sociologue face au suicide », introduction à la réédition de Emile Durkheim, Le suicide. Etude de sociologie, Paris, PUF, « Quadrige/grands textes », 2007, p. V-XLVIII.

-  « Raymond Aron, l'Allemagne et Max Weber. Une étape de la sociologie française », (en collaboraton avec Franz Schultheis), introduction à la réédition de Raymond Aron, La sociologie allemande contemporaine, Paris, PUF, «Quadrige/grands textes», 2007, p. V-XXXII.




lire le programme | télécharger le compte-rendu | version imprimable

© 2017 - Serge Paugam - Tous droits réservés - mentions légales