Serge Paugam
 

Séminaires de direction d'études (EHESS)


http://www.ehess.fr/fr/enseignement

Sociologie des inégalités et des ruptures sociales

Serge Paugam, directeur d'études

Compte-rendu 2014-2015 :

Liens sociaux et régimes d’attachement. Du local au national


lire le programme | version imprimable

Comment faire société à partir d’individus liés entre eux et aux institutions de façon inégale ? Pour répondre à cette question, il faut partir des différents types de liens qui attachent les individus entre eux et à la société dans son ensemble. Mais il faut aussi analyser comment les liens sociaux sont entrecroisés de façon normative dans chaque société et comment à partir de cet entrecroisement spécifique se produit la régulation de la vie sociale. Cette double exigence analytique rejoint la distinction qu’opérait Durkheim entre les deux concepts d’intégration et de régulation. L’intégration à la société est assurée par les liens sociaux que les individus s’efforcent de construire au cours de leur socialisation en se conformant aux normes sociales en vigueur tandis que la régulation procède de l’entrecroisement normatif de ces liens sociaux qui permet l’intégration de la société dans son ensemble. C’est dans le sens de cette régulation sociale globale que nous pouvons parler de régime d’attachement. Dans le prolongement du séminaire de l’année dernière sur la typologie et la comparaison de ces régimes (familialiste, volontariste, organiciste et universaliste), nous avons cherché à enrichir et mettre à l'épreuve ce cadre analytique.

Nous avons tout d'abord effectué un retour sur quelques grands auteurs classiques. Dans la théorie des régimes d'attachement, la notion d'empreinte est essentielle. Cette notion a été utilisée jusqu'ici à la fois dans la théorie psychologique de l’attachement, dans les travaux de Bowlby notamment, mais aussi, dans un autre sens, par les spécialistes des "welfare regimes" qui parlent de "path dependance" ou d'"empreinte des origines". La relecture du texte de Simmel "Comment les formes sociales se maintiennent", publié dans le premier volume de L'année sociologique, nous a permis de retravailler cette notion et de lui donner un sens proprement sociologique. Dans le même esprit, nous avons relu le texte de Maurice Halbwachs sur la mémoire collective. Le retour sur les Leçons de sociologie de Durkheim a été l'occasion de mettre en relation les quatre types d'attachement avec les types de morales (domestique, professionnelle et civique) étudiés dans ce livre et de revenir sur la question de leur hiérarchisation. Enfin, le retour sur les textes d'Elias nous a permis de confronter la notion de régime à celle de configuration.

Nous avons cherché à consolider la théorie des liens sociaux et des régimes d'attachement en la mettant à l'épreuve de données empiriques issues d'enquêtes qualitatives et quantitatives menées dans différents pays ou aires culturelles et en optant pour  une perspective délibérément historique et comparatiste. Deux séances ont été consacrées à l'Italie du Sud en faisant l'hypothèse de rapprocher cette région du régime familialiste.  Enrica Morlicchio de l'Université de Naples nous a entretenu sur les caractéristiques de la pauvreté en Italie du Sud, tandis que Antonella Coco de l'Université de Calabre est revenue sur les différentes composantes du familialisme dans la Mezzogiorno. L'une et l'autre ont abordé et critiqué la notion de "familialisme amoral" développée par l'anthropologue  Banfield en 1958 dans son livre The Moral Basis of a Backward Society à partir de son enquête dans le village de Chiaramonte. Dans la même perspective analytique, une séance a été consacrée au familialisme au Chili avec les exposés de trois doctorantes chiliennes : Natalia Briceno, Clemencia Gonzalez et Claudia Jordana. Une autre a porté sur le Brésil à partir de la présentation de la recherche doctorale de Flavio Eiro sur la politique des bourses famille dans le Nordeste. Ces exposés nous ont permis de vérifier que si les pays du Sud de l'Europe sont proches du régime familialiste, c'est aussi le cas du Chili et du Brésil.  Nous avons également étudié le cas du Japon en essayant de vérifier comment et jusqu'où ce pays peut être caractéristique d'un régime organiciste. Sébastien Lechevalier nous a rappelé dans cet esprit les caractéristiques du capitalisme et du welfare japonais, tandis que Eiji Kawano, de l'Université de la ville d'Osaka a présenté les résultats de son enquête sur la pauvreté et la ségrégation urbaine à Osaka, exposé qui a été complété par Caroline Taieb dont la thèse porte sur la discrimination à l'égard des Burakumins. Elsa Carvalho est revenue sur la politique du logement en France, qu'elle étudie dans sa thèse, en essayant de voir dans la hiérarchisation des aides et des statuts du logement social, l'expression d'un régime de nature organiciste.

Enfin, nous avons essayé de voir dans quelle mesure la notion de régime d'attachement peut aussi se décliner à l'échelon de territoires urbains étudiés à partir d'enquêtes monographiques. Linda Haapajarvi, doctorante finlandaise, nous a donné à voir à partir de sa thèse les conceptions normatives différentes dans les politiques de socialisation et d'éducation morale des immigrés des quartiers populaires de la région parisienne et de la périphérie d'Helsinki, ce qui a permis notamment d'approfondir les caractéristiques du régime universaliste  et d'y voir la perméabilité des morales domestique, élective, professionnelle et civique.  L'exemple du quartier populaire du sud de l'Ile-St-Denis, étudié par Serge Paugam et Benoît Roullin, a pu aussi contribuer à cette réflexion en laissant apparaître la fonction de résistance collective des habitants. Ce quartier prend la forme d'une micro société intégrée dans laquelle il est possible de discerner un régime local d'attachement. Ce cas particulier a pu nourrir notre réflexion collective sur les conditions du passage du local au national dans la théorie de l'attachement.




Publications :


Autres

- Vivre ensemble dans un monde incertain, Ed. de L'Aube, 2015.

- El trabajador de la precariedad. Las nuevas formas de integración laboral, Buenos-Aires, Aulas y Andamios Editora, 2015.

- (dir.), A Pesquisa sociológica, São Paulo, Vozes Editora, Coleção Sociologia, 2015.

-  "Les cinq premières années de Sociologie", Sociologie, Vol. 6, n°1, 2015, p. 1-4.

-  "1995 : Robert Castel et l’effritement du monde salarial", en ligne : http://40ans.ehess.fr/category/40-ans40-livres/

-  "La solidarité en temps de crise", préface à la 3ème édition de Serge Paugam (dir.), Repenser la solidarité. L'apport des sciences sociales, Paris, PUF "Quadrige, 2015.

- "Faire société. Les leçons de Durkheim", Introduction à la réédition de Emile Durkheim, Leçons de sociologie, Paris, PUF, "Quadrige", 2015.

- "Revisiting Aron’s The Class Struggle" in José Colen and Elisabeth Dutartre-Michaud (eds), The Companion to Raymond Aron, Palgrave Macmillan, Series "Recovering Political Philosophy", 2015.

- Préface à Anne Unterreiner, Enfants de couples mixtes. Liens sociaux et identités, Rennes, Presses Universitaires de Rennes,  "Le Sens social", 2015.

- Préface à la seconde édition de Guillermo Pérez Sosto et de Mariel Romero, Futuros inciertos. Informe sobre vulnerabilidad, precariedad y desafiliación de los jóvenesen el conurbano bonaerense, Buenos­-Aires, Aulas y Andamios Editora, 2015.




lire le programme | version imprimable

© 2017 - Serge Paugam - Tous droits réservés - mentions légales